Language
Découvrir
Photos
Vidéos
Découvrir > Eté > « Au coeur de la plus haute réserve…

« Au coeur de la plus haute réserve naturelle de France »

, 27 mai 2015, pas de commentaire, 2417 vues.

 

Les jumelles autour du cou, il arpente les chemins de traverse, oreilles grandes ouvertes et sourire aux lèvres. Au coeur de la réserve naturelle des Contamines, Geoffrey est dans son élément.

Amoureux de cette nature luxuriante, le jeune homme est garde de la réserve depuis 2002. A l’époque, il vient de terminer ses études en gestion et protection de la nature et rejoint le village pour son tout premier poste. Il est employé de l’ASTERS (conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie), gestionnaire de toutes les réserves naturelles de Haute-Savoie.

« J’ai toujours voulu faire ce métier, raconte Geoffrey, originaire d’Annecy. J’ai été bercé par la montagne et j’ai beaucoup observé la faune et la flore. »

Avec plus de 670 variétés de fleurs et 70 espèces d’oiseaux nicheurs recensés, autant dire que le garde ne manque pas de travail. « Pour un passionné de faune comme moi, c’est extraordinaire, avoue Geoffrey. Cette réserve naturelle est la plus haute de France et la seule traversée par le tour du Mont-Blanc. De plus, grâce à un fort dénivelé (de 1200 mètres à 3900 mètres), les espèces sont extrêmement variées et l’eau apparaît ici sous toutes ses formes : tourbière, lac, torrent, glacier ».
Tout au long de l’année, par tous les temps, le garde parcourt des dizaines de kilomètres chaque jour. Sensibilisation du public à l’environnement qui l’entoure, mission de police envers les personnes non respectueuses de la nature, collaboration à des études scientifiques… « Le métier est extrêmement varié et il permet d’entrer en contact avec des acteurs très divers », explique Geoffrey. Lors de la conception du nouveau sentier menant au refuge des Conscrits, il a participé aux discussions avec les guides, pour définir le meilleur tracé, qui respecterait au mieux les espèces vivantes présentes sur le circuit. Métier de  nature, mais aussi métier de dialogues.

« Ce qui me rend le plus fier, c’est lorsque les locaux, après avoir écouté mes explications comprennent l’importance de ce travail de protection de la nature. Dans ces cas là, je me sens utile et j’ai l’impression de concourir au développement de ce magnifique coin de montagne. Un développement raisonné et concerté.»

Photos : © Zir

Céline Authemayou

Étiquettes : , , , , , , ,

Aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *