Language
Découvrir
Photos
Vidéos
Découvrir > Culture alpine > Le refuge des Conscrits: un refuge…

Le refuge des Conscrits: un refuge qui témoigne du passé

, 23 juillet 2014, un commentaire, 2004 vues.

L’actuel refuge des Conscrits, que de nombreux randonneurs expérimentés peuvent admirer de nos jours, est en quelque sorte un petit nouveau qui cache une histoire bien plus ancienne…

Cette histoire commence en 1942. C’est en cette année que fut construit « l’ancient refuge des Conscrits », à 2700m d’altitude, c’est à dire à une heure du refuge actuel.

A l’origine, cette cabane était destinée à loger les ouvriers d’une société privée chargée de construire un hôtel à la base de la pointe des Conscrits, aux alentours des 2750m d’altitude. Cette même société avait également commencé à construire la route du Col du Bonhomme.  On peut se poser la question : « Pourquoi vouloir faire un hôtel en ce lieu ? » Tout simplement, parce que dans les années 1940, le SCAP (Ski Club Alpin Parisien) montait faire des séjours de ski sur le glacier. Et les moniteurs des Contamines y contribuaient.

Pour construire cette cabane, les matériaux étaient acheminés jusqu’au « Mauvais Pas », au dessus de l’actuel refuge de Tré la tête. Les porteurs prenaient les matériaux à ce point et les amenaient jusqu’à l’emplacement de la cabane. Parmi eux, nous pouvons citer Georges Erba, Maurice Vionnet, Alfred et Louis Mermoud.

Sur place, le bâtit a été réalisé par Fernand Mollard et le toit ainsi que le cablâge retenant l’habitation, par Gaston Chevallier.

Le mobilier intérieur était très rudimentaire, il y avait une table et quelques baflancs, il fallait monter son duvet ainsi que son réchaud… Peu de gens y dormaient. Les courses partaient du refuge de Tré La Tête.

Avec la seconde guerre mondiale, les travaux ont été stoppés et la cabane des ouvriers restée livrée à elle-même jusqu’en 1964. Puis certains guides de l’époque (Gabi Simond, Jean Ronchail, Jean Bochatay) ont eut l’idée de réparer cette cabane qui était en train de s’effondrer. Ainsi, ils installèrent des matelas et de nouvelles fenêtres.De cette manière certains guides allaient y dormir avant de se lancer dans l’ascension des Dômes de Miage.

A cette époque, cette cabane, avant d’être gardée, était usuellement appelée par les gens du pays « Cabane de Tré la Grande ».

Par la suite, Jean-Paul Bouchard et le Club Alpin de Saint-Gervais ont fait un agrandissement, puis une loge pour le premier gardien puis encore un autre agrandissement…etc

Les promeneurs qui venaient y coucher étaient de plus en plus nombreux, jusqu’à atteindre une centaine de personnes sur certaines nuits ! On imagine tous ces randonneurs bien à l’étroit…

Dans les années 1995-1996, la cabane des Conscrits fut finalement fermée. Puis en 1996, le Maire  Bernard Chevallier la fît démonter car le lieu était insalubre et comportait un risque d’incendie potentiel.

Voici donc l’histoire de ce que l’on appelle « l’ancien refuge des Conscrits ».

cabane des conscrits

Aujourd’hui, nous pouvons admirer le nouveau refuge des Conscrits, un refuge moderne avec un grand confort pour les montagnards ainsi que ses gardiens.

Celui-ci est situé à 2580 mètres d’altitude sur la voie de descente de l’Aiguille de la Bérangère. Il surplombe le glacier de Tré La Tête, en amont des séracs de Tré la Grande, et offre une sublime vue sur le versant glacière de la crête conduisant du mont Tondu à l’aiguille des Glaciers. Le refuge est gardé mais il est géré par le CAF (Club Alpin Francais) de Saint-gervais.

Pour mieux présenter ce refuge, j’ai pu m’entretenir avec la gardienne qui a aimablement accepté de répondre à mes questions :

Depuis combien de temps êtes-vous la gardienne de ce refuge?

Cette annnée, cela va faire ma 8ème saison.

Durant quelle période le refuge est-il ouvert ?

Le refuge est ouvert du 15 Mars au 10 mai pour le ski de randonnée et ensuite du 1er juin au 30 septembre, mais les dates peuvent changer de quelques jours suivant les années.

Durant ces périodes, le refuge est gardé. En dehors de ces périodes, les personnes peuvent aller au refuge d’hiver. Il n’est pas gardé et peut accueillir 12 personnes. Les randonneurs doivent amener leur propre nourriture et ce dont ils ont besoin.

Combien de personnes peuvent dormir au refuge ?

Le refuge comporte 90 places mais quand il est vraiment rempli les week end, je loge des personnes dans le refuge d’hiver. On arrive donc à loger 102 personnes mais c’est vraiment un cas exceptionnel.

Combien de personnes peuvent manger ?

90 personnes peuvent manger au refuge et la salle à manger peut accueillir tout le monde ce qui nous permet de n’effectuer qu’un seul service. Cependant, nous accueillons seulement les personnes ayant réservé pour manger et dormir au refuge.

Pensez-vous que le fait de construire un refuge moderne permet d’initier et d’amener plus de personnes en haute montagne ?

Oui, car l’image de marque qui est donnée correspond à ce que recherche les gens de nos jours et le fait qu’il y est de la place pour tous dans le refuge donne une meilleure impression.

Comme aurait pu te le dire Firmin, ce n’est plus du tout comme l’ancien refuge, et il n’est pas rare que d’entendre : »Il y a 20 ans en arrière, j’ai essayé de faire de la montagne et les refuges de l’époque m’avaient dégouté, mais aujourd’hui quand on voit comment sont tenus les refuges on a vraiment envie d’y revenir! ».

Désormais, de quel confort bénéficie-t-on au sein du refuge ?

Le refuge permet de manger et de dormir. Il est équipé de dortoirs qui accueillent 4 à 18 personnes et chaque client dispose d’une couette. Il y a des sanitaires avec l’eau courante mais pas de douche.

Nous disposons d’une bibliothèque avec 150 bandes dessinées et des livres en tout genre…

Il y a deux terrasses, la cuisine et la salle à manger.

Nous avons également une pièce au sous-sol avec des casiers pour ranger le matériel de montagne (baudriers, crampons, casques…) et à côté de cette pièce il y a un séchoir pour les chaussures.

De nos jours, est-ce-que des travaux sont réalisés chaque année ?

Oui, mais à vrai dire il s’agit plus de maintien, comme par exemple les joints de fenêtre à changer.

Il n’y a plus de gros œuvre à réaliser.

Un conseil à donner aux randonneurs qui voudraient monter au refuge?

Il faut avant tout nous téléphoner pour réserver, c’est très important, et nous demander des renseignements sur les conditions météorologiques, l’accès au chemin…ou tout autre information.

refuge actuel 1

Le mot de la fin : Nous avons pu remarquer que depuis 1942 les refuges des Conscrits ont subi de nombreuses transformations. Cependant, de nombreux souvenirs et histoires que les gens du pays se racontent encore autour d’un bon repas, restent gravés en eux.

Enfin, je tiens à remercier Firmin Mollard pour m’avoir communiqué ces renseignements et la photo sur l’histoire de la cabane des Conscrits. Et aussi Christine la gardienne du refuge qui m’a accordé du temps au milieu de l’agitation qu’elle vit pendant les jours de beau temps.

Louis

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire

  1. Michel Pluen dit :

    Je viens d’ apprendre la triste fin de la Cabane des Conscrits, qui fut, au siécle dernier, le départ de ma première « vraie » course…Une bavante innommable qui s’ appelait  » la traversée des Miages « : cinq croupes, à l’ époque, de neige, qui vous laissaient, crever mais heureux, au Durier!
    Détruite, donc, pour « risque d’ incendie »…Le chien, la rage, les refuges payants…Sic transit gloria mundi!
    C’ est pas ( trop ) grave, j’ y ai passé des nuits que beaucoup pourraient m’ envier!
    Carpe diem…