Language
Découvrir
Photos
Vidéos
Découvrir > Hiver > Noëlic prend son envol : il intègre…

Noëlic prend son envol : il intègre l’Equipe de France !

, 9 janvier 2015, un commentaire, 899 vues.

L’hiver vient de s’installer aux Contamines-Montjoie. Le froid est piquant. Les promeneurs se croisent et s’entrecroisent sur les trottoirs glissants, dans les rues encombrées du village aux toits enneigés, se pressant sous les flocons, … et les habitués se précipitent au bar des Rhodos, l’incontournable rendez-vous des sportifs.

C’est là que je rencontre Noëlic : jeune athlète de 17 ans qui vient d’intégrer l’Equipe de France Junior de Saut à ski, une discipline dont on commence à entendre parler…

Le saut à ski, c’est une tradition aux Contamines-Montjoie, et, comme dit sa maman Gaëlle, secrétaire du Ski-Club depuis 1999 : « Il est tombé dans la marmite quand il était petit ». Le père de Noëlic, c’est Thierry, le fameux « Choc », en fait : « Petit Choc ».

Francis Revilliod, le grand-père paternel, pisteur pendant plus de 20 ans à la SECMH (Société locale des remontées mécaniques), avait toujours parait-il, ses poches remplies de chocolats, d’où ce surnom de « Choc » qu’il a transmis à ses fils : Hervé, l’aîné dit le « Gros Choc » devenu pisteur à son tour, et Thierry, « Petit Choc », le papa de Noëlic, qui est l’entraîneur de saut du ski-club !

Quand au grand-père maternel, c’est du côté de St Gervais les Bains qu’il est plus connu : plus de 15 ans en équipe de France de Hockey sur Glace, avec une participation aux Jeux Olympiques de Grenoble en 1968, et oui René Blanchard, le fameux Blanchot qui forma avec Joël Godeau la ligne première de l’ équipe de Hockey de St Gervais « à la fameuse époque » !! Des gênes de sportif vous dites ?

Le petit Noëlic, né le 20 décembre 1997, passe son enfance au hameau de la Berfière, au pied du Mont Joly, …à quelques pas du Tremplin du Nivorin : la voie était toute tracée !

Prédestiné pour faire du saut, Noëlic entre au « SC Contamines-Montjoie » à l’âge de 7 ans. Il y pratique le ski alpin et le saut. Il réunit toutes les qualités requises : le goût du risque et de la « gagne », déjà casse-cou dès ses premières années, prêt à sauter sans appréhension, depuis la barre d’élan : juste le désir d’effectuer un beau saut, d’améliorer, d’aller plus loin, et surtout le plaisir… Le plaisir de voler.

C’est dans cette discipline, qu’il préfère à toute autre, qu’il acquière aussi les meilleurs résultats. La passion de son père lui colle à la peau. En classe de cinquième il opte donc pour son sport favori et entre au Comité Mont-Blanc : il participe à de nombreuses compétitions. En catégorie Cadet 1 à l’approche de ses 15 ans, il cumule les podiums.

Noëlic, quel est ton modèle en saut à ski, le champion que tu admires le plus ?

Ah ! C’est un polonais : Kamil Stoch double champion olympique aux JO de Sotchi !!!

Et ton tremplin préféré ?

Celui de 120m, à « Courch » (Courchevel) , celui d’Innsbruck aussi.

Ton record ?

Un saut de 130m (!!!), réalisé à Courchevel où nous nous entraînons régulièrement.

Pourquoi Courchevel ?

Parce que, les sauteurs, nous sommes en internat à Moutiers, et pouvons ainsi nous y rendre facilement.

En effet, Noëlic, au vu de ses résultats et de sa motivation, vient d’intégrer le groupe JUNIOR de l’Equipe de France de Saut qui réunit les 10 meilleurs juniors français. Ils sont scolarisés en section ski-études au lycée de Moutiers, l’un des plus grands internats de France. La préparation au baccalauréat est étalée sur 4 ans au lieu de trois, compte-tenu d’une présence « allégée » en hiver à cause des compétitions. Noëlic est actuellement en troisième année de ce cursus.

Quelle est ta matière préférée ?

Le sport surtout, mais à part ça : sans doute Histoire-géo ; ça m’intéresse bien…

Que veux-tu faire plus tard ?

Une carrière dans le commerce, en passant par l’IUT technico-commercial d’Annecy

Noëlic, dis-moi comment se déroule une journée de classe ?

Le matin nous avons 6 heures de cours de 8h à 14h30 avec une petite pause d’une demi-heure pour déjeuner, puis départ pour Courchevel que nous quittons à 18h30.

Donc, Courchevel c’est pour du saut, uniquement ?

Du saut et du Physique.

Le « physique », c’est beaucoup de musculation, des exercices divers, des étirements… Et à ce rythme, 9 heures de sommeil suffisent…

Et les week-ends ?

Quand c’est possible, je rentre aux Contamines-Montjoie,… J’y retrouve mes copains, nous faisons du ski ensemble : hier j’ai profité de la bonne neige sur l’Olympique et quelques autres…

Sinon ce sont les compétitions : les déplacements sont nombreux  et le lycée nous laisse quelques semaines de « congés », étalés sur l’hiver. Je participe au circuit « Coupes de France » et aussi à des compétitions internationales (FIS), parfois à l’étranger, comme il y a quelques jours à Planica en Slovénie, un lieu dédié au saut ; nous y retrouvons les meilleurs internationaux.

J’ai été sélectionné en 2013 pour les FOJE à Brasov en Roumanie : une compétition ouverte aux cadets, qui réunit les 4 ou 5 meilleurs français et qui se déroule tous les deux ans.

Hélas, il n’y a pas assez de compétitions internationales, faute de financement.

T’es-tu déjà blessé ? En sautant ?

Oui, je me suis cassé la clavicule, en Pologne. C’est une blessure assez fréquente en saut. A la réception (qui doit s’effectuer en position télémark) : si on fait une faute, on se reçoit mal et c’est l’épaule qui prend…

Comment se déroule l’intersaison ?

En dehors de l’hiver ? Contrairement aux autres disciplines du ski, il n’y a pas vraiment d’intersaison grâce aux tremplins d’été.

Nous y faisons des entraînements et la France organise une Coupe du Monde d’été à Courchevel.

Et puis nous faisons davantage d’entraînement physique, pour préparer l’hiver, et de la préparation mentale : comment gérer les imprévus, la fatigue, le stress avant la compèt…

Et à ce jour, quels sont tes projets sportifs ?

Acquérir des points en FIS-CUP et aller aux championnats du monde Junior au Kazakhstan !

Nous te faisons confiance, tu es déterminé, volontaire et persévérant, continue à te faire plaisir, tu obtiendras des résultats, et tu rapporteras des médailles aux Contamines-Montjoie… Nous en reparlerons prochainement ! Entraine dans ton sillage ton petit frère Numa qui n’ a que 11 ans et pratique déjà le saut et le télémark.

« Arvi », Noëlic.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire