Language
Découvrir
Photos
Vidéos
Découvrir > Culture alpine > Skier aux Contamines, une passion…

Skier aux Contamines, une passion partagée par beaucoup! Venez nous rejoindre !

, 19 février 2014, pas de commentaire, 1259 vues.

 

Pas plus tôt arrivé aux Contamines,  pendant la saison d’hiver,  je prends mes skis et je me retrouve sur les pistes. Cela fait plus de quarante ans que cela dure ! Et cela chaque jour de mon séjour !  Autant dire que je ne me lasse pas des pentes enneigées de la station.

 

J’ai  rendez-vous avec  Didier Mollard à « l’Auberge du Télé ».

Didier est né en 1969. Il est considéré comme l’un des meilleurs Français dans sa discipline, le saut à ski. Il a participé aux JO d’hiver de Calgary en 1988, Albertville en 1992 et Lillehammer en 1994.  En Coupe du Monde il a 6 podiums à son palmarès.

Après l’arrêt des compétitions il va prendre la direction d’un restaurant d’altitude, et aujourd’hui  celle  des remontées mécaniques des Contamines.

Nous allons faire le point avec lui sur l’histoire  des   remontées mécaniques  aux Contamines puis sur les différentes équipes  travaillant aux remontées.

Le premier « tire-fesses »  est construit en 1937 aux Loyers sur l’initiative de Gaston Chevalier.

Placide Mollard le Grand père de Didier, va être l’investigateur de l’ensemble des remontés des Contamines. Fils de boulanger, guide de haute montagne, premier diplômé de l’école de ski des Contamines, avec obstination il va créer une société : La  SECM (Société d’Équipements des Contamines Montjoie)

Le  téléski du Nivorin,  est mis en service en 1949 avec à son  coté un autre téléski pour débutants.  L’aventure va pouvoir commencer. Désormais les Contamines vont pouvoir vivre et se développer dans le secteur touristique, en parallèle avec les traditions agricoles de la vallée.

Mais l’avenir du ski aux Contamines se trouve sur les champs de neige au pied des aiguilles de Roselette et de l’aiguille Croche.

Les travaux vont commencer au début des années 50. D’abord un télésiège partant du Lay. Les passagers doivent s’asseoir dans le sens du câble alors qu’aujourd’hui, on est face à la pente. Cette succession de petites chaises,  suspendues à un fil (télésiège) arrive aux Tappes maintenant souvent appelé l’Etape.

Puis on construit le téléski de Montjoie qui se présente sous forme d’ «archets » (On monte à  deux sur une perche).

En 1960 remplacement des sièges du Lay par une télécabine puis en 1965 mise en service de la télécabine du Signal. C’est une étape majeure dans le développement des remontées. Elles permettent un accès confortable aux champs de neige, et par tous temps.

En 1971 aménagement du secteur du col du Joly ; La société devient la SECMH (Société d’Équipement  des Contamines Montjoie Hauteluce).

En 1995 le télésiège des Tierces remplace le mythique téléski  (2 km de long) dont la pente décourageait bien souvent les débutants.

Depuis les téléskis du Choton,  des Plans et du Velleray sont venus compléter les installations.

Dernière modification cette saison : le télésiège de la Bûche Croisée (construit pour l’hiver 82/83) complètement transformé en un télésiège débrayable,  six places, confortable et rapide.

Les installations de la station se modernisent régulièrement,  les téléskis sont remplacés par des télésièges, les télésièges sont transformées en télésièges à pinces,  débrayables. Les canons à neige assurent un enneigement pendant toute la saison d’hiver. Les  webcams  placées en des points stratégiques des pistes permettent sur internet de se retrouver sur les pistes même depuis Paris.

Je ne me lasse pas des pentes enneigées de la station. Pas plus tôt arrivé aux Contamines pendant la saison d’hiver, je prends mes skis et je regagne les pistes !

La neige aux Contamines est toujours d’excellente qualité, la vue sur le massif du Mont Blanc exceptionnelle : les Dômes du Miage, l’Aiguille de la Bérangère, le glacier de Bionnassay, le col du Tricot en haut du Vorassay,  le glacier de Tré-la-tête… A partir des pistes de Croche on peut apercevoir le Mont Blanc, l’aiguille du Midi…

Le domaine skiable, très varié, comporte 47 pistes entre 1 200 mètres (proche du village) et 2 500 mètres d’altitude à l’Aiguille Croche…

Les pistes satisfont aussi bien le skieur expert que le débutant. Le soleil est souvent (toujours !) présent. La  station est familiale. C’est un grand plaisir de rencontrer des amis, des visages connus, de manger dans un restaurant d’altitude, ou d’y boire un vin chaud, un chocolat, à chaque heure  de la journée.

JPaul

Étiquettes :

  • ski contamines mont blanc
  • ski contamines mont blanc
  • ski contamines mont blanc
  • remontées mécaniques contamines
  • remontées mécaniques contamines
  • remontées mécaniques contamines
  • remontées mécaniques contamines
  • remontées mécaniques contamines
  • remontées mécaniques contamines
  • ski contamines mont blanc
  • remontées mécaniques contamines
  • remontées mécaniques contamines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *