Language
Découvrir
Photos
Vidéos
Découvrir > Culture alpine > Une Coupe du Monde de Télémark en…

Une Coupe du Monde de Télémark en prélude à Noël

, 17 décembre 2013, pas de commentaire, 814 vues.

 

Des moments festifs, du spectacle, des émotions intenses, des épreuves techniques à nous couper le souffle,  chez nous, ici, aux Contamines ce week-end. Antoine Bouvier, notre champion local portera avec fougue les couleurs du village. Mais au fait, le télémark, qu’est-ce que c’est ?

 

Antoine, fais-nous partager ton enthousiasme…

Un seul mot : « SENSATIONS ».

Des sensations…oui, il y en a aussi en ski alpin,  qu’est-ce qui diffère ?

Ah! …La liberté de mouvement (le talon qui se décolle du ski), on est plus proche du sol, de la neige, avec une impression d’engagement plus grand, la vitesse est plus grisante encore, on joue avec le déséquilibre…

Tu éprouves donc un réel plaisir dans cette gracieuse génuflexion qui est l’image du Télémark ?

Oui, quand on trouve le bon tempo dans un virage c’est une réelle satisfaction, une vraie gratification; tout se décrit en termes de ressenti ; et puis le télémark, c’est naturel, du relâchement,  on se fait plaisir, c’est du « fitness » à l’état pur, tout notre corps s’implique dans le mouvement.

Tu dirais que c’est plus « sensuel » en somme ?

Oui, c’est ça.

Et la compétition ?

C’est tonique : il y a 3 épreuves :

  • Classic Sprint 2 manches (chacune de l’ordre de la minute).
  • Dual Sprint : parallèle sur un parcours raccourci
  • Classic : 1 seule manche de 2 à 3 minutes

Chaque course comporte une partie de Géant avec un saut, un « loom » : virage à 360°, et s’achève par un parcours de fond.

Le classement ne tient pas seulement compte du chrono, mais aussi du style car les juges  appliquent des pénalités si la position télémark n’est pas bien effectuée ;

Le Dual Sprint confronte 2 coureurs sur des tracés parallèles, la partie « fond » est commune aux deux concurrents : un vrai duel qui stimule la montée d’adrénaline !

Et le jour J, ça se passe comment ?

  • Deux reconnaissances consécutives dont l’une avec l’essai du tremplin, pour des raisons de sécurité.
  • Suivies d’un échauffement, en ski libre, pour retrouver ses sensations, sa confiance.
  • Enfin une phase d’intériorisation : on visualise le tracé mémorisé pour s’en imprégner,  et s’apprêter à s’élancer.

 

Antoine, merci d’avoir gentiment répondu à nos questions, tes propos ont de quoi nous mettre en haleine en attendant cette fin de semaine riche en promesses. A bientôt donc !

Sylviane

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *