Language
Découvrir
Photos
Vidéos
Découvrir > Eté > « Une minute, avec une loupe, sur une…

« Une minute, avec une loupe, sur une fleur »

, 12 octobre 2013, pas de commentaire, 1212 vues.

Les Contamines-Montjoie ne devaient être qu’une petite escale d’une année, avant de voguer vers de nouvelles aventures. Finalement, Joseph Rey n’en est jamais reparti. Et voilà dix-sept ans que ça dure ! L’ancien prêtre ouvrier s’est installé dans la maison jouxtant l’église Notre Dame de la Gorge lorsqu’il a pris sa retraite, en 1996. « J’ai découvert les Contamines en 1949, lors d’un camp de vacances, se souvient celui que tout le village appelle Père Rey. Des années plus tard, je suis revenu régulièrement, pour prendre mes trois semaines de congés d’été. »

Le regard enfantin et le sourire au coin des lèvres, le père est au village une véritable institution. On en parle avec malice, avec admiration. Toujours avec tendresse. Il faut dire qu’il est devenu au fil des années le confident, l’oreille attentive des âmes en peine. « Je me définis comme un âne, raconte, hilare le septuagénaire. J’ai deux grandes oreilles, un bon dos… Et je suis loin de tout savoir ! » Humble et discret, il réfute cependant sa qualité d’ermite que certains villageois lui prêtent. « J’aime la solitude, mais je ne suis en rien isolé du monde. Au contraire, tout me relie à lui : ma foi, mon humanité… Mais il paraît que je suis un peu particulier ! »

Durant les beaux jours, assis sur un banc devant sa maison, il lit, discute avec les marcheurs et les passants, observe les fleurs et contemple la nature. L’hiver, il observe le ciel étoilé et « admire les étoiles qui communiquent entre elles à coup de lumière ». L’été, il parcourt les sentiers de randonnée, à la recherche de la fleur rare, de l’orchidée sauvage qu’il n’aurait pas encore repérée. Car le père Rey est un naturaliste hors-pair. Dans sa poche, il emporte toujours une petite loupe, pour observer de près la flore locale. « Une minute, avec une loupe, sur une fleur », tel est son credo.

« La nature parle des hommes, comme n’importe quelle autre science, assure le prêtre, qui observait sa mère cueillir les plantes médicinales. J’aime appliquer ce précepte aux personnes que je rencontre. J’écoute les histoires, je m’intéresse à elles. C’est une toile de fond merveilleuse pour comprendre la région et les aspirations de ceux qui y vivent. »

 

Photos : © Zir

 

 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *